officina
Programmation>Artistes>Rachid Ouramdane
 
Rachid Ouramdane
(Paris, France)

Rachid Ouramdane a été invité en 2008 pour la 11eme édition de Dansem où il a présenté sa création Loin… au Théâtre d’Arles.

Le chorégraphe Rachid Ouramdane aime dissimuler son visage derrière des masques. Qu’il s’agisse d’un maquillage de clown, d’une sculpture de fer ou d’un casque de moto intégral, le visage, ce grimoire de la personne, est occulté pour déplacer le regard ailleurs. Si le masque est selon le chorégraphe une manière de valoriser les mille facettes de sa personnalité éclatée, il dit aussi combien l’identité est un puits noir, sans fond, une illusion à laquelle le visage donne une lecture univoque. Trafiquant l’apparence, le masque permet aussi au corps de développer de nouvelles stratégies pour exister autrement et gratter les contours trop lisibles. Depuis la création de sa compagnie l’association Fin Novembre, cofondée avec Julie Nioche, Rachid Ouramdane, longtemps interprète auprès des chorégraphes Odile Duboc, Hervé Robbe, Meg Stuart, Emmanuelle Huynh, tente de soulever le voile d’évidence qui recouvre toute chose. Pour cet homme pudique, fils d’Algériens réfugiés dans le mutisme, la parole confisquée des pères sur la guerre d’Algérie reste une blessure ouverte que la scène permet à sa façon de panser. Dans Au bord des métaphores (2000), il chargeait la vidéo de triturer les identités au risque de se perdre dans des effets de surface. Pour + ou – là (2002), il s’inspire de la télévision et de ses icônes, du narcissisme des nouveaux médias. Directement connecté sur internet, Les Morts pudiques (2004) solo autoportrait nourri d’une recherche autour de la jeunesse et de la mort, faisait courir la sang de la vie dans les tubes en plastique d’une beauté toute médicalisée. Jouer sur les images, les signes, leur ambivalence électrise les spectacles de Rachid Ouramdane, souvent comparables à des cérémonies secrètes pour mutants en rupture de ban. Pour l’exemple, Cover (2005) monochrome précieux conçu après une série de séjours au Brésil, fait circuler des hommes badigeonnés de peinture noire de la tête aux pieds, idoles contemporaines aspirées par un crépuscule sans retour.

Rosita Boisseau Panorama de la danse contemporaine (éditions textuel, 2006)

CALENDRIER DE TOURNÉE

Calendrier Tournée 2011/2012

5 au 7 octobre
Theatre Junction – Calgary (Canada)
11 octobre DTW – Festival Crossing the line – New York (Etats-Unis)
20 au 22 octobre Wexner center for the arts – Colombus (Etats-Unis)
1, 2 novembre DansensHus – Stockholm (Suède)
5, 6 novembre Kiasma Theater – Festival Moving in November – Helsinki (Finlande)
4-10 janvier 2012 Théâtre de la Ville – Paris
17 janvier T.U. Nantes
25 au 27 avril MC2 Grenoble

Crédit photo : Cie [L’A.]