officina
Programmation>Spectacles>Transmission / création d’après Les Sentinelles
 
  • Jeudi 8 DÉCEMBRE | 20:30
  • Le Merlan Scène Nationale
  • Une production de Coline, en partenariat avec Le Merlan scène nationale à Marseille et avec le soutien de L’Officina-atelier marseillais de production
  • Chorégraphe(s), artiste(s)
  • Nacera Belaza
  • Transmission / création d’après Les Sentinelles
  • Création 2011/Première
  • (France/Algérie)
    (Istres, France)
    Durée 30’
  • Chorégraphie : Nacera Belaza
    Interprètes : Violette Angé, Sandra Baup, Sylvain Beauchamps, Laura Boudou, Sylvain Cassou, Iliana Coiquaud, Maëlle Deral, Pierre-Emmanuel Langry, Bruno Maréchal, Laura Muller, Maëlle Reymond, Anna Vanneau, tous danseurs de la formation professionnelle Coline session 2010-2012
    Crédit photo : Matthieu Barret - Encircling, chorégraphie Edmond Russo et Shlomi Tuizer - Coline 2010-2012

À l’automne 2011, la formation professionnelle du danseur interprète Coline accueille Nacera Belaza et trois danseurs algériens choisis par la chorégraphe, à la Maison de la Danse Intercommunale d’Istres. Nacera Belaza mène un travail de transmission/création avec quinze danseurs, à partir du duo Les sentinelles, où le travail sur le corps dans ce qui l’anime et le transcende fait à lui seul acte de répertoire.
Le corps au-delà de l’espace est aussi le lieu du monde, détaché de la sensation de l’isolement et traversé inlassablement par le mouvement, il atteint dans la danse la précieuse unité. Nacera Belaza déplace puis libère ces jeunes danseurs dans les traces et sillages qu’ils esquissent ensemble mais chacun peut poursuivre l’itinéraire… Le mouvement est conscience - sans cesse, il entre en nous.

Si l’art, c’est la connaissance et la conscience de soi, alors son appréhension devrait être « naturelle ». Le travail proposé consiste donc à réunifier, à réintégrer l’art dans la vie… Qui plus est si l’instrument est le corps ; une sorte de capteur donné à tous pour aiguiser sa propre perception du monde. En éveillant sa conscience du corps, on ouvre davantage son regard sur le monde. C’est pourquoi le travail d’autodidacte que je mène s’appuie sur cette idée que le corps fait partie d’un tout et que mettre le corps en mouvement, c’est mettre en mouvement le « tout ». Par ce travail, je suis ainsi amenée à effectuer dans un premier temps un détachement, une mise à distance de l’idée que chacun se fait de la danse afin que se libère un espace d’appréhension qui donne l’impression que « tout est danse », c’est-à-dire que tout est susceptible d’être animé de la même façon que le corps. Le tout paraît alors plus facile, « évident » dans le corps car le corps semble avoir trouvé sa place, comme partie du tout. Ce qui le met en souffrance, c’est la division, la sensation d’être coupé, isolé. Ma danse emprunte donc inlassablement ce chemin du moi vers le monde et du monde entrant en moi.
Nacera Belaza

Production : Coline
Avec le soutien de : L’ Officina -atelier marseillais de production et du Merlan Scène nationale à Marseille.

P.S. Pour des raisons d’autorisation de sortie du territoire, les interprètes algériens ne pourront danser lors des représentations, contrairement à ce qui avait été annoncé. Nous nous excusons de cet imprévu indépendant de notre volonté, et que nous regrettons.