officina
Programmation>Question de danse>Mahalli
 
  • Chorégraphe(s), artiste(s)
  • Danya Hammoud
  • Mahalli
  • Théâtre Les Bernardines
  • (Beyrouth, Liban)

Je vis dans un pays prisonnier de l’opposition stérile de 2 camps sans vision ni mouvement . Danya Hammoud atteste que la permanence des conflits au Liban altère la notion d’appartenance, l’intimité, les corps, menacés et détruits… Pour s’opposer, peut-être, mais plus certainement survivre ! Le corps dansant sur scène combat dans le camp du corps : dans la nature performative de sa présence à ce monde d’hostilité, la danseuse-chorégraphe trouve l’arme de sa résistance, et l’exploration d’une puissance à dégager de soi guide une plongée de la femme vers la femelle. Suivant un processus d’improvisation, l’endurance part à la quête du viscéral,l’environnement sonore convoque l’inquiétude et son profond corollaire, la vigilance… Car Mahalli signifie en arabe à la fois “d’ici” et “ma place”. Acculée à l’instinct de territoire, dont la première définition serait son propre corps, l’artiste puise à son animalité pour retrouver un mouvement nécessaire et essentiel, et trace une figure qui a la puissance d’une femelle et la fierté d’une femme. Michel Kelemenis

chorégraphie et interprétation : danya hammoud/ assistant : junaid sarieddeen/ son : cristian sotomayor et danya hammoud/ costume : wafa aoun

coproduction cndc d’angers (france) et cocoondance/teatre im balsaal (allemagne) partenaires zoukak ¬ association culturelle et compagnie de théâtre (liban) l’officina ¬ atelier de production marseillais (france) accueil studio centre national de la danse ¬ pantin création teatre im balsaal ¬ bonn ¬ allemagne