officina
Programmation>Artistes>Virgilio Sieni
 
Virgilio Sieni
Florence, Italie

Virgilio Sieni a été invité à Dansem 2000 avec sa création La casina dei biscotti à la Friche Belle de Mai. Il revient en 2007 lors de la dixième édition de Dansem avec Solo Goldberg improvisation, présenté au Théâtre d’Arles.

Né à Florence, Virgilio Sieni s’est formé en danse classique et contemporaine à Amsterdam, New York et Tokyo. Son parcours comprend des études en arts visuels, architecture et il pratique les arts martiaux.

En 1983, il fonde la compagnie Parco Butterfly, qui devient en 1992 la Compagnie Virgilio Sieni, dans laquelle il développe une oeuvre originale autour de la chorégraphie et le théâtre de recherche.
Protagoniste de la danse contemporaine italienne à partir des années 80, il assure depuis une visibilité de son travail dans de nombreux théâtres italiens et festivals internationaux : Angleterre, Allemagne, France, Portugal, Espagne, Suède, Suisse, New York, Amérique latine, Bangladesh, Malaisie, Vietnam et à Singapour.
A partir du début des années 90, Virgilio Sieni créé des chorégraphies pour les principaux Organismes Lyrics et institutions théâtrales italiennes, parmi lesquels : le Théâtre à la Scala de Milan, le Théâtre Communal de Florence, Maggio Musicale Fiorentino, le Théâtre San Carlo de Naples, le Théâtre Massimo de Palerme, le Ballet de Toscane.
Son oeuvre chorégraphique s’enrichit par des collaborations avec des artistes plasticiens, des musiciens et des compositeurs. Parmi lesquels pour la musique Alexander Balanescu, Giorgio Battistelli, Ennio Morricone, Steve Lacy, Giovanni Damiani, Michael Moor, Toshinori Kondo, Evan Parker, Tristan Honsinger, Louis Sclavis, Giancarlo Schiaffini et pour les plasticiens Grazia Toderi, Liliana Moro, Sandra Tomboloni, Flavio Favelli, Letizia Renzini, Maurizio Nannucci.
Il a aussi travaillé avec Miuccia Prada pour les costumes.

La Compagnie Virgilio Sieni a reçu différentes reconnaissances : après deux prix Ubu (en 2000 et en 2003), le spectacle Sonates Bach, en face de la douleur des autres (2007) a gagné le prix Danse&Danse comme “meilleure nouveauté italienne de l’année” et apparaît dans le livre de Marinella Guatterini L’ABC de la danse, consacré aux 6 chorégraphies les plus significatives des cent dernières années.

En 2008, Virgilio Sieni est invité au Festival d’Avignon avec deux travaux : Os (2005) et une nouvelle création coproduite par le Festival, Interrogations aux vertèbres. En 2008, en coproduction avec le Théâtre Metastasio Stabile de la Toscane, il créé La nature des choses, tiré de De Rerum Natura (De la Nature des Choses) de Lucrèce, en se servant de la prestigieuse collaboration du philosophe Giorgio Agamben pour la dramaturgie. Le spectacle remporte une grande approbation du public et de la critique et est présenté dans les plus grands théâtres italiens et européens, parmi lesquels : Rome, Barcelone, Lisbonne, Dro, Turin, Lyon, Genève, Marseille, Paris.
En 2009 avec Or et en 2010 avec la production le dernier jour pour nous, il termine la trilogie lucrétienne en continuant l’approfondissement des thèmes inaugurés avec La nature des choses.

Depuis 2003, Virgilio Sieni dirige à Florence CANGO-Cantieri Goldonetta, un espace consacré à l’expérimentation dans la danse, aux disciplines liées au corps et aux lexiques de l’art contemporain.

À partir des expériences de la Compagnie et de CANGO, en 2007 Virgilio Sieni fonde l’Académie sur l’art du geste : un contexte innovateur finalisé à la transmission des pratiques artistiques et à la définition d’un nouveau rapport entre formation et production, adressé aussi bien à des professionnels qu’à des groupes de néophytes de la danse, de l’enfance au troisième âge.

En 2010, la compagnie commence un projet de quatre ans, sur proposition du Merlan Scène Nationale à Marseille et de Marseille 2013 Capitale Européenne de la Culture, « L’Art du Geste en Méditerranée », un parcours qui débutera par la ville française pour investir certains lieux symboliques du bassin de la Méditerranée. Un voyage dans l’identité des territoires et dans l’âge de l’homme vers la découverte et la création du geste poétique comme forme de rencontre et de connaissance.

Crédit photo : [Cie Virgilio Sieni]