ttttt
Edito

Rien ne se fait ni se partage seul.
Dansem, « dansons ensemble » réinvente donc chaque année son projet artistique, né du dialogue, de la complémentarité, des affinités de sensibilités et des goûts partagés avec beaucoup d’autres opérateurs culturels qui permettent à cette douzième édition d’être un festival fort de vingt-deux propositions.
Le nombre ne fait pas la qualité, mais le réseau de connivence qui se définit ici, fragment sorti de la société du spectacle, témoigne de la pertinence de ce qui nous ressemble et nous rassemble.
Il démontre par ailleurs l’engagement du transfert nécessaire entre l’oeuvre artistique (l’imagination, la recherche, la poésie) et nous, membres de la société, citoyens…
Ce potentiel de rassemblement en termes d’énergies, de savoirs, d’intelligences distinctes pour le travail de l’art et ce bien au-delà de notre manifestation est sûrement un des socles sur lequel les institutions et les décideurs politiques de la future capitale culturelle européenne peuvent et doivent s’appuyer.
Sans cela tout resterait vide.
N’ayons pas peur d’approfondir notre sillon dans la confiance et le respect mutuel de nos identités respectives.
Notre méfiance à l’égard des modes éphémères, des rassemblements économiques plutôt qu’artistiques, et portés par des intérêts personnels reste cependant intacte. Les partenariats que nous fédérons chaque année depuis la première édition de Dansem sont donc autant de fraternités d’actions qui relèvent de la même volonté d’accompagner la démarche des artistes et de faire rencontrer les oeuvres au public. L’espoir est de maintenir élevée l’exigence envers l’éducation et d’oeuvrer en continu pour la tolérance des sensibilités et des autres cultures en veillant encore et toujours à la liberté de nos droits comme de nos expressions. Aucune jungle ne devrait exister ni à Calais, ni à Marseille, ni ailleurs ; aucune Prison ne devrait être le refuge de l’étranger. Notre lieu de vie ne doit plus souffrir de la folie des hommes envers la croissance, la richesse le progrès ou la sécurité. Il faut maintenant trouver de nouveaux moyens d’action.
Empruntant à Serge Latouche, nous avons encore le temps d’imaginer, sereinement, un système de vie fondé sur une autre logique : celle d’une société de décroissance.

Venez nous rejoindre à Dansem, nous vous attendons.

Cristiano Carpanini
Directeur artistique de L’Officina / Dansem

kkkk


L’Officina présente : dansem 2009 / 27 octobre 11 décembre / contact +33 (0)4 91 55 68 06 / www.officina.fr