actualité
 
Editorial
 

In 2010 Dansem displays and celebrates its thirteenth movement, with a series of choreographic events spanning from all saints holiday to Christmas. It is a movement at the very heart of our region : implanted in its major city, Marseille : from la Belle de Mai to Endoume, La Joliette to Les Aygalades, Belsunce to Longchamp... But also in Aix-en-Provence : at Montperrin, at le Bois de L’Aune, in La Roque d’Anthéron, in Châteauneuf-Le-Rouge, in Arles up to Château-Arnoux in the Alps. Our autumnal event, primarily intended for artists living in the Mediterranean basin, expands this year, to new European horizons. When more than ten years back, we endeavoured to inscribe our artistic practice in a “geopolitical” perspective – at a very time when the flow was going somewhere else – we now propose in the continuity of our convictions, a new vista to associate the practices of Mediterranean artists with other astonishing confrontations which, under our sun, have difficulties budding.

We have so much to learn from our capacity of dialog with artists and cultures, from here and elsewhere, and even more when they don’t exactly coincide with the dominant codes of our history of the arts.

Our programme has been put up once more thanks to the faithfull complicity, the federation as it were, of theatre directors and venues and once again, of territorial authorities such as région Proven¬ce-Alpes-Côte d’Azur, Marseille city council, and the Conseil Général des Bouches-du-Rhône, along with the Ministry of Culture and other civil societies : the Onda and the Adami. Were are daily investing in the future with the public subsides that are granted to us, in spite of ever-growing difficulties holding on as a professional organisation belonging to international networks, we are operating in our local territory. We shall do everything in our power to ensure the anchoring of Dansem, both locally and in the perspective of Marseille European Capital of Culture.

Along with our partners, we shall stick to this geopolitics of the arts so dear to us, to sow the fields of investigation in the language of the body and its implications in the writing of the artists most concerned with it, in our “being to the world” as much as our action at work. We know fairly well that through the passion animating us, we remain like David facing Goliath… Take the time to come and visit Dansem, you’ll find art and humanity.

Cristiano Carpanini

(traduit par Pierre Luciani)

Edito
 
Dansem déploie et fête son treizième mouvement en 2010, avec une série de programmations chorégraphiques entre les vacances de la Toussaint et les fêtes de Noël. Un mouvement s’inscrit au coeur de notre région : en son chef-lieu, Marseille, de la Belle de Mai à Endoume, de la Joliette aux Aygalades, de Belsunce à Longchamp... Mais aussi à Aix-en-Provence, Montperrin, Bois de L’Aune, à La Roque d’Anthéron, à Châteauneuf-Le-Rouge, en Arles et jusqu’à Château-Arnoux dans les Alpes.
Notre manifestation d’automne, dédiée aux artistes résidant dans le bassin méditerranéen, s’ouvre cette année à de nouveaux horizons européens. Alors qu’il y a plus de dix ans, nous prenions à bras le corps une « géopolitique  » de notre discipline artistique – à un moment où la vague était ailleurs – nous proposons aujourd’hui et dans la continuité de ce que nous défendons, une nouvelle fenêtre afin d’associer aux pratiques des artistes du pourtour de la Méditerranée d’autres confrontations étonnantes qui, sous notre soleil, ont encore du mal à éclore.
Nous avons tant à apprendre de notre capacité à dialoguer avec les artistes et des cultures d’ici ou d’ailleurs et plus encore quand celles-ci ne coïncident pas exactement avec les codes dominants de notre histoire de l’art. La programmation reste construite avec la fidélité complice, on dira la fédération, des directeurs des théâtres et des espaces de programmations et grâce au soutien, encore, des collectivités territoriales : la région Provence- Alpes-Côte d’Azur, la Ville de Marseille et le Conseil Général des Bouchesdu- Rhône, celui du Ministère de la Culture et des sociétés civiles : l’Onda et l’Adami. Nous investissons au présent, pour le futur, malgré les difficultés de plus en plus fortes, à tenir, avec les moyens publics qui nous sont octroyés, une structure professionnelle, intégrée dans des réseaux internationaux et qui opère dans le territoire local. Nous ferons tout pour que Dansem continue et puisse ainsi s’ancrer dans le territoire et la perspective euro-méditerranéenne proposée par Marseille-Provence Capitale Européenne de la Culture.
Nous et nos partenaires poursuivrons donc cette géopolitique artistique qui nous est chère, pour sillonner le champ de l’investigation autour du langage du corps et de ses écritures chez les artistes qui interrogent notre « être au monde » comme notre action dans le travail.
Sachant que par la passion qui nous anime, nous demeurons David face à Goliath... Prenez le temps de venir visiter Dansem, vous y trouverez art et humanité.

Cristiano Carpanini
Directeur artistique de L’Officina / Dansem